Gérald Besse

  • Les artisans de la vigne & du vin
  • Le vignoble
  • Les vins
  • Galerie
  • Infos pratiques
  • Les artisans de la vigne & du vin
  • Le vignoble
  • Les vins
  • Galerie
  • Infos pratiques
  • En savoir plus

    Afin de planter la vigne dans les coteaux pentus, nos ancêtres vignerons du 17ème siècle ont bâti des murs de pierres sèches pour former des terrasses. Ces murs retiennent la terre et diminuent la pente, ce qui limite l’érosion et facilite le travail de la vigne. Aujourd’hui, en plus de continuer à permettre la culture de la vigne, ces murs de pierres font partie du patrimoine vinicole valaisan et chaque vigneron a le devoir de les maintenir et les conserver.

    Notre famille valorise le savoir-faire artisanal nécessaire pour leur construction, et les murs du domaine Besse, patrimoine de nos ancêtres, sont toujours entretenus.

    Lors de la reconstruction d’un mur, chaque pierre a sa place. Les pierres de fondation, larges et robustes, donnent une assise au mur. Elles sont posées sur la roche mère ou sur de la terre très dure pour une meilleure longévité du mur. Viennent ensuite les pierres de construction. Celles-ci sont calées et croisées afin de décaler les joints entre les pierres. La stabilité du mur est alors renforcée.

    Derrière ces pierres de construction, les pierres de remplissage servent de drain. Le mur est perméable et laisse passer l’eau, contrairement aux murs en béton et aux murs maçonnés à l’aide de béton et de pierres. Les pierres de remplissage doivent former un plat et être calées entre elles pour garantir la bonne assise du mur. Plus le mur est stable et robuste, plus il durera. Grâce à cette technique, les murs peuvent atteindre plus de 200 ans.

    Après avoir bâti 1 mètre de longueur et 50 centimètres de hauteur, nous incorporons des pierres de liaison. Ces pierres «lient» le mur à la terre et consolident son assise.

    La pente du mur est très importante. On l’appelle le fruit et il est de 8 à 12% environ, selon la hauteur. Il apporte un équilibre et une meilleure résistance à la poussée des eaux et de la terre.

    Sur le sommet du mur, on dispose des couvertines, de larges et longues pierres qui renforcent cette dernière partie.

    Quand on les observe de plus près, les murs de pierres sèches favorisent la vie de la flore et la faune. Les lézards verts, les araignées et les serpents s’y plaisent particulièrement. Quant aux fleurs, on y trouve des plantes grasses telles que la joubarbe et l’orpin. Une biodiversité se crée dans ce microclimat, enrichissant le coteau.

    Les murs de pierres sèches font partie de notre paysage et de notre patrimoine; ils sont indispensables au maintien de la culture de la vigne. C’est pourquoi il est nécessaire de respecter ces imposantes murailles de pierres qui se dressent le long de nos coteaux et dessinent nos vignobles.